Imprimer

 Groupe de chant des Olonnois - Extraits -

 

Afin de découvrir ou mieux connaître le groupe

 

Voici quelques échantillons de nos chants (Cliquez sur le titre)

                                  Course au Chili

                                  Femmes de marins

                                  Le vieil ivrogne charpentier de bord

                                  L'Olonnois

                                  Le navire du Forban

                                  Penn sardin

                                  Pique la baleine

                                     

                                          

 

 Les paroles des morceaux ne figurant pas sur le livret contenu dans le CD.

 

                                                       La grosse houle

                                  On a quitté le port de La Rochelle

C’était  à Pâques ça je m’en souviens

Brise légère la mer était belle

On pensait pas qu’on aurait un coup d’chien

 

La grosse houle, oui ça nous saoule

        Le calme plat, ça nous plaît pas

        Le bateau roule, ça nous chamboule

        On n’avance pas, cré non de d’là

 

De l’aut’côté de la mer de Biscaye

Le vent se lève soudain dans le noroît

Je vous dis pas qu’ça été la pagaille

Il a fallu am’ner le cacatois

 

Par’à virer, vous autres les tribordais

Tous sur le pont, faut pas faire les fainéants

Y’a la grand’voile qu’il faudra déborder

Déjà le vent siffle dans les haubans

 

L’étrave et le beaupré plongent dans l’écume

Croche dans la toile sacré matelot

La mer est blanche, les déferlantes fument

Les paquets d’ mer entrent par les daleaux

 

De ce sale coin, il faut que l’on s’en aille

Nous descendrons  vers les vents alizés

Gardons le cap et souquons sur les drailles

Pour naviguer sur la mer apaisée.

 

 

                                                  C'est le calme plat

                               C’est le calme plat                                       

                               La chaloupe encalminée                             La la la la la

                               Tirons sur les bras                                      La la la la la la la

                               Pour montrer qu’on sait nager                  La la la la la la                   

                               Tirons, tirons sur les avirons                      La la la la la la la la la

                               Hisse et hon, hisse et hon                          La la la la la la la la la

     

                     J’ai vu Célina

                               A Paimpol ou à Tréguier        

                               J’ai vu Natacha                         

                               Sont les filles du gabier        

                               Tirons, tirons sur les avirons  

                               Hisse et hon, hisse et hon    

   

                                Laquelle choisira                      

                                A Roscoff ou à Morlaix              

                                Celle qui saura                            

                                Accepter mon amitié                 

                                Tirons, tirons sur les avirons   

                                Hisse et hon, hisse et hon       

 

                                On se mariera  

                                A Lorient ou Locminé 

                                Puis on reviendra   

                                A Ploërmel, La Trinité

                                Tirons, tirons sur les avirons  

                                Hisse et hon, hisse et hon                

 

                     Tous les Terre-Neuvas               

                                  De Pléneuf ou de Saint-Quay    

                                  Tous ils seront là                         

                                  A chanter ou à danser                

                                  Tirons, tirons sur les avirons    

                                  Hisse et hon, hisse et hon

          

                                  C’est le calme plat

                                  La pétole et la purée                             La la la la la

                                  Tirons sur les bras                                 La la la la la la la

                                  Pour montrer qu’on sait nager             La la la la la la  

                                  Tirons sur les avirons                            La la la la la la la la la     

                                  Hisse et hon, hisse et hon               La la la la la la la la la

 

 

                                          Femmes de marins

                             On les app’lait femmes de chagrin

                                   Du temps de leurs grands-mères

                                   Aujourd’hui gronde la colère

                                   Des femmes de marins (bis)

 

                                   1) Il y eut le temps des femmes soumises

                                       (Elevant leur famille, lonla Elevant leur famille)

                                       (Elevant leur famille, lonla Elevant leur famille)

                                       Qui attendaient, tristes, indécises

                                       (Le retour du navire, lonla Le retour du navire)

                                       (Le retour du navire, lonla Le retour du navire)

 

                                    2 ) Puis vinrent les conserveries

                                        (Le travail à la chaîne,lonla Le travail à la chaîne)

                                    (Le travail à la chaîne, lonla Le travail à la chaîne)

                                    Il fallait pour gagner sa vie

                                    (Ne pas pleurer sa peine, lonla Ne pas pleurer sa peine)

                                    (Ne pas pleurer sa peine, lonla Ne pas pleurer sa peine)

 

                                  3) Quand arrivèrent les machines

                                      (Et le temps du chômage, lonla Et le temps du chômage)

                                      (Et le temps du chômage, lonla Et le temps du chômage)

                                      Elles firent grève dans les usines

                                      (Déjà femmes de courage, lonla Déjà femmes de courage)

                                      (Déjà femmes de courage, lonla Déjà femmes de courage)

 

                                   4) M aint’nant quand les hommes sont en mer

                                      (Elles s’occupent des affaires, lonla Elles s’occupent des affaires)

                                      (Elles s’occupent des affaires, lonla Elles s’occupent des affaires)

                                      Pour affronter les CRS

                                      (Elles sont pas les dernières, lonla Elles sont pas les dernières)

                                      (Elles sont pas les dernières, lonla Elles sont pas les dernières)

 

 

                                          L'ile bleue

                     

                                        Je partirai pour l’aventure

                                        Je partirai seul sur les mers

                                        Et le vent fou dans la voilure

                                        Me fera vite oublier la terre

                                        Je partirai de Concarneau

                                        Pour mettre le cap sur les îles

                                        Naviguer sur la mer de Chine

                                        Fair’ escal’ à Valparaiso

 

                                        Viendras-tu avec moi sur mon île

                                       Terr’ magique où il fait toujours beau

                                        Où le futile et l’inutile

                                        On les coulera au fond de l’eau

                                        Viendras-tu avec moi sur mon île

                                        Plus de folie ni de Tchernobyl

                                        Plus d’camions, plus d’autos, plus d’motos

                                        Que le chant des baleines qu’est si beau

                                        Eh ho eh landi ho Eh ho eh landi ho you !

 

                                        Les dauphins guideront ma route

                                        Les baleines avec moi chanteront

                                        « Diwar ma skaôn e toull an nor »

                                        Au son d’la flûte et d’l’accordéon

                                        Et si un  jour l’orage tonne

                                        Je chanterai plus fort en breton

                                        Réson’ra la culture bretonne

                                        Au fin fond de tous les continents

 

                                        Quand je jet’rai mon sac à terre

                                        Après plusieurs mois de bordée

                                        Tout seul naufragé volontaire

                                        Libre comme Robinson Crusoë La la la la …

                                      

 

                                         Le viel ivrogne

                                 Un jour qu’j’étais frais débarqué

                                         Sur un quai d’un port d’Angleterre

                                         J’ai rencontré un vieux gabier

                                         Et tiré une bordée à terre

 

                                        Ce vieil ivrogne charpentier d’bord

                                        Tout courbé mais habile de ses mains

                                        Avait fait des cercueils pour les morts

                                        Et des bateaux pour les marins

 

                                         Il m’a raconté toute sa vie

                                         La mer qu’il traînait avec lui

                                         Partout sur toutes les mers du monde

                                         Avec sa scie et sa queue d’aronde

 

                                        Disait « touche pas au grand oiseau blanc

                                        C’est l’âme d’un commandant

                                        Celui qui tue le goéland

                                        Tient la mort entre ses dents »

                                        

                                         J’peux pas vous dire c’qu’il m’a raconté

                                         On s’est saoulé comm’ des hommes

                                         On s’est trouvé une poulie coupée

                                         Une chouette femme un vrai majordome

 

                                        Ce vieil ivrogne charpentier d’bord

                                        Tout courbé mais habile de ses mains

                                        Avait fait des cercueils pour les morts

                                        Et des bateaux pour les marins

 

                                        On est partis bras d’sus, bras d’sous

                                        Tous les trois plus un vieux litr’ de gin

                                        Dans un bar d’la rue des « franchoux »

                                        Là où c’est qu’l’ambiance est marine

 

                                        Disait « touche pas au grand oiseau blanc

                                        C’est l’âme d’un commandant

                                        Celui qui tue le goéland

                                        Tient la mort entre ses dents »

 

                                        Ce vieil ivrogne charpentier d’bord

                                        Tout courbé mais habile de ses mains

                                        Avait fait des cercueils pour les morts

                                        Et des bateaux pour les marins

 

                                               Pique la baleine

                                        M’en revenant de La Rochelle

                                        Oh mes bouées hou la hou la la

                                        Je rencontre mam’zelle Hélène

                                        Oh mes bouées hou la hou la la

                                        C’est la fille du capitaine

                                        Oh mes bouées hou la hou la la

                                        Elle m’a donné pour mes étrennes

                                        Oh mes bouées hou la hou la la

 

                                        Pique la baleine, joli baleinier

                                        Pique la baleine, je veux naviguer

                                        Pique la baleine, joli baleinier

                                        Pique la baleine, je veux naviguer

 

                                        Un navire en bois d’ébène

                                        Que j’ai bien mis en carène

                                         Le cap’taine qui le commande

                                         Est une dame du monde

 

                                        Des fillettes de quinze ans

                                        Pour enflécher les haubans

                                        Tous les gabiers d’artimon

                                        Sont tous de fort beaux garçons

 

                                        En prenant de la hauteur

                                        On s’approche de l’équateur

                                        Vis un gabier de misaine

                                        Qui descendait bien en peine

 

                                        Qu’avez-vous donc à pleurer

                                        Je pourrais vous consoler

                                        Vous ne pouvez rien y faire

                                        Car ma peine est trop amère

                                        Ce que j’ai perdu n’est rien

                                        Mais jamais ça ne revient

                                        Hé ho, hé hop, hé hé ho

                                        Hé ho, hé hop, hé hé ho

 

                                                  Gabier de misère

                                        Mon père voulait que j’sois mat’lot (bis)

                                        Sur un baleinier d’St Malo (bis)

 

                                        Mais qu’est ce qu’on fout sur ce rafiot

                                        A pêcher le cachalot

                                       On s’rait bien mieux à St Malo

                                        A met’ les filles sur le dos

                                       

                                        Quand on m’a dit d’embarquer (bis)

                                        La mer était démontée (bis)

                                        

                                        Après trois mois de traversée (bis)

                                        Aucun’ baleine à signaler (bis)

                                        

                                        Le bosco, cet enfant d’salaud (bis)

                                        Nous dresse à coup de cabillaud (bis)

                                        

                                        Le capitaine très en colère (bis)

                                        Menace de tous nous mettre aux fers (bis)

                                        

                                        La bouffe était trop salée (bis)

                                        On a rossé le cuisinier (bis)

                                        

                                        Y’en a marre de cette misère (bis)

                                        Je veux retrouver ma terre (bis)

                                        

                                        Mais qu’est ce qu’on fout sur ce rafiot

                                        A pêcher le cachalot

                                       On s’rait bien mieux à St Malo

                                        A met’ les filles sur le dos

 

                                        Mais on r’viendra à St Malo

                                        Avec ou sans cachalot bis

                                        On ira dans tous les bistrots

                                        Pour met’ les filles sur le dos

 

Wednesday the 18th. Conception & maintenance : Jacky LOTTE - François BERGNIARD